Stationnement des vélos

 

Les conditions de stationnement des bicyclettes doivent être adaptées pour :

  • encourager ce mode de transport respectueux de l’environnement et économe d'espace en ville,
  • pallier leur fragilité et leur vulnérabilité (du vélo et du cycliste).

illustration-mutualisation

 

Pour mémoire, et comme avec n’importe quel véhicule individuel, on ne viendra pas à vélo si l’on sait à l’avance que l’on ne pourra pas le garer (dans des conditions satisfaisantes).

 

 

Le stationnement au domicile et sur le lieu de travail (ou d’études) est organisé par les prescriptions de l’article 12 des Plans Locaux d’Urbanisme et par le Code de la construction et de l'habitation.

 

 

Le stationnement sur la voie publique est le symbole le plus visible de la nouvelle place accordée au vélo dans les politiques de mobilité. De nombreux centres-villes commencent à être significativement équipés en arceaux et proposent de plus en plus souvent des espaces de stationnement vélos distincts de ceux des deux-roues motorisés.

En lançant dès 2005 le service de vélos en libre-service velo’v, le Grand Lyon a mis les vélos en évidence dans la ville.

 

 

Le stationnement dans les parkings publics pose très souvent la question de l’accessibilité pour les vélos, la plupart des parcs n’ayant pas été conçus à l’origine pour les recevoir. sareco indique quelques précautions pour accueillir les vélos(PDF 338 ko) dans les parcs de centre-ville.

 

 

Le stationnement des vélos auprès des gares et des stations de transports urbains est sans doute le sujet qui s'est le plus développé ces dernières années, souvent sous abris et de plus en plus en parc sécurisé. Il concerne les espaces publics proches et les parcs relais (P+R). Le diaporama Vélo et gares (PDF 3,3 Mo) illustre en images les problèmes rencontrés, les solutions pratiquées de nos jours et le potentiel quantitatif.

  

 

Pour  en savoir plus sur sareco Pôle Vélo